L’allemand: une langue qu’on apprend partout dans le monde, mais qui a son chez-soi en Europe

L’allemand est la deuxième langue étrangère au sein de l’Union européenne et la première langue maternelle, parlée par 90 millions de locuteurs natifs. En outre, l’allemand est reconnu en tant que langue minoritaire dans huit pays.

Cela signifie-t-il qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter du sort de la langue allemande en Europe? Malheureusement pas, car au sein des institutions européennes, la langue allemande ne joue plus qu’un rôle secondaire. Si l’on veut que l’allemand fasse un jour partie des langues de gouvernement d’une communauté de plus en plus intégrée, il faut définitivement s’engager en faveur de l’allemand en tant que langue de travail véritablement utilisée. Cela est important afin qu’il conserve son attrait en tant que langue étrangère.

Deutsche Sprache Agrandir l'image (© dpa/ picture alliance) L’allemand est enseigné et étudié dans les écoles et les universités de plus de 100 pays partout dans le monde; il s’agit là d’une précieuse ressource pour les contacts internationaux des pays germanophones. C’est avant tout en Europe, lieu d’ancrage de l’allemand, que se décidera s’il en restera ainsi. Au sein de l’Union européenne (UE) avec ses 27 États membres (depuis le 1er janvier 2007), l’allemand dépasse toutes les autres langues du point de vue du nombre des locuteurs natifs (quelque 90 millions, et un total de 120 millions à l’échelle mondiale) et du nombre d’États au sein desquels il est une langue officielle (sept), et il y est la seconde langue étrangère, après l’anglais et avant le français.

Cependant, la politique linguistique de l’UE est davantage axée sur les petites langues, dont l’apprentissage en tant que langues étrangères est même encouragé; l’UE invite, par exemple, ses citoyens à apprendre une "langue personnelle d’adoption", préférablement une des petites langues. Cela se fait aux dépens des grandes langues traditionnellement apprises en tant que langues étrangères, et en particulier aux dépens de l’allemand. Seul l’anglais n’en souffre pas. Au contraire, il est considéré indispensable et l’est effectivement de plus en plus en tant que langue véhiculaire, notamment dans le contexte de la fragmentation linguistique encouragée par la politique de l’UE.

Langue minoritaire au sein d’États membres de l’UE

Marktplatz mit barocken Bürgerhäusern in Opole Agrandir l'image (© dpa/ picture alliance) À Opole, en Pologne, l’allemand est reconnu en tant que langue minoritaire. L’allemand est aussi une langue minoritaire reconnue dans de nombreux États membres de l’UE, notamment dans les Cantons de l’Est de la Belgique et dans la Province autonome de Bolzano, en Italie ( où il est également une langue officielle au niveau régional), ainsi qu’au Danemark (dans le Schleswig septentrional), en Pologne (régions d’Opole et de Silésie), en Roumanie, en Slovaquie, en République tchèque et en Hongrie. Les droits des minorités linguistiques sont énoncés dans la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, conçue par le Conseil de l’Europe et soutenue par l’UE. Les recommandations de cette dernière aux États membres concernent toutefois seulement les régions autonomes du point de vue de la politique linguistique.

Karl-Heinz Lambertz Agrandir l'image (© dpa/ picture alliance) La France a modifié sa constitution de manière à reconnaître seulement le français; la Charte n’y est donc pas applicable. Ainsi, les minorités germanophones d’Alsace et de Lorraine ne jouissent pas de la totalité des droits qui sont énoncés dans la Charte, dont l’article 2 stipule qu’au moins 35 droits parmi une longue liste doivent être accordés; elles disposent cependant malgré tout d’écoles bilingues. La préservation de l’allemand en tant que langue minoritaire est importante pour l’avenir de la langue allemande. Certaines minorités germanophones qui seraient éligibles à recevoir une protection, du moins partielle, de la Charte n’ont probablement pas encore été découvertes, en Finlande, par exemple.

Auteur: Ulrich Ammon

Repris de www.goethe.de

Version remaniée

Reproduit avec l’aimable permission du Goethe-Institut

L’allemand: une langue qu’on apprend partout dans le monde

Deutsch lernen