Rendre visible l’identité européenne

Wartburg Agrandir l'image (© REGIERUNGonline/Reineke) On reproche parfois à l’Union européenne d’être un projet élitaire très éloigné de la vie quotidienne et de l’esprit des Européens. Ces reproches ne sont pas un phénomène récent mais ils se sont accentués avec la crise de l’euro. Le label du patrimoine européen est un nouveau projet, lancé pour renforcer le sentiment d’appartenance à l’Union européenne et l’identité des citoyens européens. Il sera décerné à des sites qui célèbrent et symbolisent l’intégration européenne ainsi que les idéaux et l’histoire de l’Europe et de l’Union européenne. Ces sites illustrent les principes communs de liberté, démocratie, diversité culturelle, tolérance et solidarité et renforcent l’identité européenne. Ayant reçu l’accord du Parlement européen en deuxième lecture, cette mesure est entrée en vigueur fin novembre.

Le label est né d’une initiative intergouvernementale lancée en 2006 par la France et l’Espagne pour donner une plus grande visibilité à l’idée d’une Europe unie. L’Allemagne participe à ce programme depuis janvier 2011 en proposant les « sites de la réforme » et les « sites du rideau de fer ». En mai 2011, le Conseil des ministres de la culture a donné son accord pour que le label du patrimoine européen soit transformé en initiative de l’Union européenne. Le Conseil et le Parlement européen ayant donné leur accord, la mesure est entrée en vigueur le 23 novembre 2011. À partir de 2013, le label pourra être décerné aux monuments culturels, sites archéologiques, paysages culturels ou sites commémoratifs reconnus pour avoir joué un rôle clé dans l’histoire et la culture européennes ainsi que dans l’intégration européenne. L’Allemagne s’était particulièrement mobilisée pour que des sites thématiques puissent présenter ensemble leur candidature pour l’octroi du label.

Le label du patrimoine européen ne vient en rien concurrencer les autres initiatives en matière de patrimoine culturel, telles que la liste du patrimoine mondial de l’Unesco ou les « itinéraires culturels européens » du Conseil de l’Europe. En effet, les sites sont sélectionnés uniquement en fonction de leur valeur symbolique et non pas de leur beauté ou de leur qualité architecturale. La dimension éducative est mise en avant car le label doit également familiariser les jeunes avec l’histoire et la culture européennes. Tel était également l’avis de Mme Pieper, la ministre adjointe aux Affaires étrangères, au lendemain de la décision prise par le Conseil des ministres de la culture en mai dernier : « Je suis heureuse que la création de ce label vise aussi et surtout les jeunes. L’identité européenne deviendra ainsi plus visible pour eux ».

Drapeau de l'Union européene (© picture-alliance/ dpa) Agrandir l'image (© picture-alliance/dpa) Chaque État membre participant au programme peut proposer un maximum de deux sites tous les deux ans. Les propositions sont évaluées par un jury d’experts indépendants qui ne peut recommander qu’un seul site par pays pour l’octroi du label.

 

© Auswärtiges Amt

Label du patrimoine européen

Europäisches Kulturerbesiegel