Le Berliner Künstlerprogramm du DAAD : l’art en liberté

Simon Steen-Andersen Agrandir l'image The danish componist Simon Steen-Andersen experiments with megaphones in his Berliner appatment (© Jan Greune) La liste d’invités du Berliner Künstlerprogramm (BKP, programme d’artistes de Berlin) tient du « Who’s who » international du cinéma, de la musique, de la littérature et de l’art d’aujourd’hui. Chaque année, vingt nouveaux noms issus du monde entier s’y ajoutent. À l’invitation du ministère fédéral des Affaires étrangères, du Sénat de Berlin et de l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD), les artistes vivent et travaillent à Berlin douze mois durant, engageant un échange passionnant avec la ville et la scène culturelle allemande. La liberté de création et le dialogue culturel sont au cœur du programme : libérés de la pression des mécanismes du marché et de la censure, les artistes doivent pouvoir se consacrer entièrement à leur travail à Berlin. Une exposition présentée au ministère fédéral des Affaires étrangères en novembre 2010 permet de se faire une idée de la richesse des impulsions données par le Berliner Künstlerprogramm.

Lors des Donaueschinger Musiktage 2010, l’un des principaux festivals de musique contemporaine, Simon Steen-Andersen a présenté sa dernière composition, « Double up ». « Je viens de la terminer », explique le Danois, né en 1976. « J’apprécie beaucoup de pouvoir me concentrer entièrement sur mon travail à Berlin. » C’est précisément l’objectif du Berliner Künstlerprogramm de l’Office allemand d’échanges universitaires : Simon Steen-Andersen est l’un des 18 compositeurs, réalisateurs, plasticiens et auteurs issus de 17 pays invités cette année dans la capitale allemande. Principal critère de sélection du jury : la grande qualité esthétique du travail produit. La plus grande partie des ressources du BKP est financée par le ministère fédéral des Affaires étrangères. Les fonds assurent la mise à disposition d’un logement confortable et de suffisamment d’argent pour vivre. Le Berliner Künstlerprogramm veille en outre à ce que les invités internationaux puissent nouer des liens avec les milieux créatifs allemands.

Depuis 1963, plus d’un millier d’artistes ont passé une année dans cette ville à l’invitation du programme. Qu’attend d’ailleurs le Berliner Künstlerprogramm des invités, en contrepartie ? « Rien du tout », répond la directrice du BKP, Katharina Narbutovič, « nos invités doivent pouvoir trouver à Berlin la plus grande liberté d’action possible pour leur travail artistique. » Pour certains des invités en résidence, cela signifie en même temps profiter de la liberté élémentaire, et pourtant inhabituelle pour eux, de vivre dans un pays démocratique sans aucune censure.

Katharina Narbutovič Agrandir l'image the director Katharina Narbutovič of the Berliner artist program with the iranian author Amir Hassan Cheheltan (© Jan Greune) Venu d’Iran, Amir Hassan Cheheltan a été en 2009 l’invité du Berliner Künstlerprogramm. Cette année là, son roman « Teheran Revolutionsstrasse » paraît dans sa traduction allemande. C’est la première sortie de ce livre qui n’est toujours pas paru en farsi. « Je ne l’ai même pas présenté à la commission de censure », raconte ce grand auteur iranien né en 1956. Il dit que cette année à Berlin a représenté beaucoup pour lui mais qu’il est certain de retourner à Téhéran. Il est tout simplement trop enraciné dans sa ville. Cependant, il se peut bien, assure t il, que Berlin joue un rôle dans l’un de ses prochains romans. Le temps passé à Berlin fait souvent son entrée dans les travaux des artistes invités. Une exposition présentée dans la cour vitrée du ministère fédéral des Affaires étrangères en novembre 2010 permet de se faire une idée de la richesse des impulsions données par le BKP. Le titre de l’exposition est emprunté au poète lyrique Yang Lian, invité à Berlin en 1991 : « Écrire à la berlinoise », c’est-à-dire écrire « sans regarder au prix de la liberté de penser ».

Texte : Janet Schayan/Societäts-Verlag

Quelques données et chiffres

Fondé en 1963 par la Fondation Ford comme « Artists-in-Residence-Programm », le Berliner Künstlerprogramm a été repris en charge en 1965 par le DAAD. // Plus d’un millier d’artistes internationaux ont déjà été en résidence à Berlin dans le cadre du Berliner Künstlerprogramm. // Les bourses sont en général attribuées pour 12 mois pour les plasticiens, écrivains et compositeurs. // Les réalisateurs sont invités à Berlin pour 6 mois. // La sélection se fait sur candidature, sauf pour les arts plastiques, section dans laquelle les invités sont nommés. // Trois anciens du Berliner Künstlerprogramm ont déjà reçu le prix Nobel de littérature.

Künstlerprogramm

DAAD gallery